top of page
Berna Julien Massage, massage relaxant, massage sportif, massage chi nei tsang, trigger points, ventouses thérapeutiques, guasha, massage Thaïlandais

Comment entrevois-je le métier de masseur?

Historique

Animateur en 2003 et éducateur spécialisé depuis 2008 j'ai décidé, en 2019, de changer de direction professionnelle en m'orientant vers le massage.

Le point de départ de ce changement fut une formation en lien avec mon métier d'éducateur, intitulée "Les soins restructurants". Cette dernière avait pour vocation de nous faire prendre conscience de la place primordiale que peut avoir le toucher dans le cadre d'un accompagnement, quel que soit sa nature (éducatif, médical...), comment l'y réintroduire et l'utiliser à bon escient.

Tant d'années à travailler auprès de personnes, aux profils et parcours si différents les uns des autres, sans n'avoir jamais vraiment prêté attention au rapport qu'elles pouvaient entretenir avec le toucher. C'est comme si un pan de leur vie avait été occulté.

Un déclic a alors opéré en moi, une nouvelle façon de voir, de percevoir les choses, et j'ai su que c'était ça qui allait dorénavant me guider.

Je me suis donc lancé dans cette aventure, tant personnelle que professionnelle. C'est une voie qui me correspond. Cet enthousiasme, je l'espère, se ressent lors des séances.

Intentions

Une de mes intentions premières, dés le départ, était de sortir le massage/toucher, hors de son milieu "traditionnel", et de l'amener dans des lieux où il n'existe pas (encore) vraiment.

J'ai donc signé un contrat de collaboration avec une Fondation accueillant des personnes ayant des problématiques d'addiction, je propose des massages au sein de la Fondation où je travaille, je me suis formé au projet MISP. De nombreuses possibilités existent et je suis très heureux de pouvoir les explorer, malgré les réticences encore existantes dans certains lieux.

En effet, le toucher est un sens qui peut éveiller certaines peurs, appréhensions, questionnements. Et je le comprends tout à fait.

Le chemin sera long, mais j'estime qu'il en vaut la peine.

Un toucher thérapeutique aurait entièrement sa place au milieu de thérapies déjà existantes. Cette approche amènerait de nouvelles pistes de travail dans des situations parfois bloquées, permettrait à des gens ayant une problématique les ayant contraints à devoir vivre dans des institutions, foyers... d'avoir accès à ce type de prestations.

Masser quelqu'un n'est pas forcément un geste anodin. Nous devons prendre en compte le souhait de la personne et également être conscients que certains touchers peuvent avoir des impacts plus importants que d'autres. J'aime ce côté où nous redonnons de la signification au sens du toucher. Car y redonner du sens revient à considérer la personne dans son entièreté. C'est en cela que j'évite, autant que possible, d'avoir des gestes mécaniques, dénué de vitalité.

Energie et pragmatisme

Lorsque je vous accueille, nous discutons ensemble de l'approche/massage qui vous conviendrait le mieux, mais l'intuitif prend également une part importante.
La technique de massage en elle-même est fondamentale, mais l'intention/intuition (de soin / bien-être / guérison) qui habite chaque geste provient, selon moi, de l'inconscient, de cette part de mystère qui permet au soin d'être le plus complet possible.
Corps et esprit viennent se rencontrer, les deux sont indissociables. On touche, parfois, autre chose que le corps.

J'ai longtemps eu tendance à occulter la partie énergétique des évènements, mais j'ai toujours senti que quelque chose de plus subtil existait, que ce qui est visible n'est pas la seule option valable.

Néanmoins, garder "les pieds sur terre" est nécessaire. Tout ne peut pas être envisagé sous cet angle. Le corps est soumis à des stress purement mécaniques ( comme en sport par exemple ) : la réponse adéquate sera alors un massage sportif qui viendra travailler, entre autres, sur le système musculo-squelettique.

Le massage, contre-pied de la rapidité

Enfin, dans une vision plus globale, j'entrevois le toucher comme un antidote à des notions trop prépondérantes dans nos vies : la vitesse, le bénéfice, la performance, la compétition...

Le massage fait partie de ces pratiques/traditions qui font appel à des choses beaucoup plus profondes, vitales, ancrées, existantes depuis la nuit des temps et qui ne pourront pas disparaitre. Ne dit-on pas d'un nouveau-né qui ne reçoit pas de caresses qu'il se laisse mourir? Beaucoup de choses se passent au creux des mains, des choses profondes qui nous dépassent toutes et tous.

Le toucher ou la gestuelle sont des choses universelles. Nous n’avons pas besoin de traduction pour nous comprendre, les signes, parfois, suffisent.

Le massage, en tant qu'outil de reconnection à soi et aux autres, se place en première ligne comme un créateur de lien social.

Je suis actuellement en train de réfléchir à un système de prix équitable. Selon notre situation financière, il n'est pas toujours possible de s'offrir ce type de services.
Si je pars du postulat que les thérapies manuelles devraient être accessibles au plus grand nombre, je me dois de proposer quelque chose qui va en ce sens.
J'ai donc souhaité modifier mes tarifs "de base" et aussi proposer des réductions pour les étudiants, personnes à l'AVS, AI ou au chômage.

D'autres propositions viendront s'y greffer dans le futur.

J'espère que ces paragraphes vous auront donné une idée de l'esprit avec lequel j'aborde cette pratique.

Au plaisir de vous rencontrer!

Julien.

bottom of page